En 2011, j’ai démarré un travail en volume tenant à la fois de la sculpture et de l’installation et qui oscille entre abstraction et figuration défigurée. Ces pièces s’intitulent Sad Song, Tangra, le lièvre de Marx ou encore Master and Servant…

Sad Song caisson massif, sombre et lumineux qui diffuse une lumière à la fois douce et froide, qui révèle progressivement des formes et des images incertaines appartenant aux territoires de l’inconscient et de la nuit.

Le lièvre de Marx est une sculpture en forme de fable : ce lièvre, échappé du Pays des Merveilles, a troqué son s pour un x, le plongeant dans une autre dimension.

Pour Master and Servant, je suis parti de plusieurs sources : les prisons imaginaires de Piranèse, les écrits de Sade, Chirico (période métaphysique) et les univers distopiques familiers d’une certaine littérature et du cinéma. À ma manière, je souhaite continuer cette histoire en introduisant quelques décalages. Le dispositif proposé est assez simple : une cage-prison en acier est posée sur un meuble d’atelier mobile, appelé servante.

Ces œuvres d’époques différentes me semblent en effet intimement liées, pouvant parfaitement dialoguer ensemble. Certaines d’entre elles sont amenées à évoluer à l’instar de nos propres “carcasses” qui se transforment au fil du temps.

Master & Servant

Le lièvre de Marx

Sad Song

Tanagra