« Tout change, rien ne périt, le souffle vital circule. Il va de-ci de-là et il prend possession à son gré des créatures les plus différentes. »
Ovide (Les Métamorphoses)